Guide West Coast

Bienvenue dans l’une des dernières régions colonisée par les Européens au 19e siècle. Et pour cause ! Une pluviosité record, un accès par terre ou mer difficile, d’étroites plaines arables coincées entre les abrupts contreforts des Alpes et la redoutable mer de Tasman… Voici une région singulièrement inhospitalière, peu propice à la présence humaine. Mais elle renferme des trésors… Bien avant l’or découvert par les Européens, les Maoris vénèrent ses rivières qui fournissent, en quantité infime et au prix de voyages périlleux à travers les Alpes, le dur et très précieux pounamu (jade ou greenstone). Pour ce peuple qui ne connaît pas le métal, le jade devient outils, armes et parures et apporte le mana (prestige) à celui qui le possède. Mais à de rares exceptions près, les Maoris ne s’installent pas sur cette côte farouche et difficile.

C’est la découverte de pépites d’or dans les rivières puis de minerai aurifère dans les montagnes le long de la côte qui attire en masse les premiers colons. Des campements s'établissent, qui en quelques mois deviennent des villes, approvisionnant les hommes et traitant et écoulant le précieux métal, pour disparaître tout aussi vite une fois l’or épuisé. Ce sont l’exploitation du charbon, des forêts natives et plus tard l’élevage qui stabilisent finalement les communautés. Et pourtant, la côte ouest ne compte encore de nos jours que 30 000 habitants, le long de ces 600km de côtes.

La pluviosité y est une des plus élevées de la planète. Dans ces forêts ombrophiles de type subtropical, la flore est unique et remarquable. Kahikatehas et rimus, conifères natifs de la famille des podocarpes, souvent multi-centenaires, peuvent atteindre 60m de haut. Ils se contentent d’un sol érodé et marécageux et se sont développés en forêts uniques au monde, ayant traversé sans beaucoup de changements les 100 millions d’années qui nous séparent de l’époque de Gondwana. Partout, fougères et nikaus donnent aux paysages un air subtropical, et en été les ratas colorent les cimes de leurs fleurs pourpres. Au spectacle des forêts s’ajoute celui de la mer, souvent en furie. Elle martèle inlassablement d’immenses plages de galets désertes où s’échouent de grands troncs d’arbres blanchis. Enfin, en toile de fond, les plus hauts sommets des Alpes du Sud complètent le tableau. Créée par les complexes mouvements des plaques tectoniques, cette chaîne de montagnes suit la faille nord-sud le long de la côte. Deux glaciers, attractions vedettes, descendent à des altitudes record (moins de 300m), jusqu' à des forêts humides, offrant un contraste étonnant. Vous verrez peut-être flotter des glaçons sur la rivière bordée de palmiers ! Ils font partie de ces 2,7 millions d’hectares de montagnes et de fiords sauvegardés dans les parcs nationaux et classés au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO, que l’on nomme Te Wai Pounamu (les eaux du jade).

Les précipitations, neige et pluie, sont les éléments essentiels de cet univers, qui assurent l’existence des glaciers et de la forêt humide. Elles augmentent avec l’altitude. Quand il pleut en haut de Franz Josef Glacier, il peut faire sec à Okarito, au niveau de la mer, à seulement 25km ! Toute cette eau gonfle rivières et marécages, favorise le développement de la faune et de la flore et attire pêcheurs et amateurs de sports en eaux vives.

Vous l’aurez compris, ici, la nature est un spectacle permanent. Plongez dans cet univers étonnant, et partez à la découverte de l’or, du jade, des forêts, des rivières, des glaciers…

Trois cols principaux, Lewis Pass, Arthur’s Pass au nord et Haast Pass au sud donnent accès à la West Coast.

Téléchargez votre guide!

Favoris

  • Afficher tous les favoris
  • Vous n'avez aucun favori. Cliquez sur [[[FAVORITES SYMBOL]]] pour commencer à planifier votre voyage.

Hotels search