Guide Waikato

La région porte le nom de Waikato River, la plus longue rivière de Nouvelle-Zélande. Elle prend sa source sur la pente est de Mt Ruapehu, alimente le lac Taupo et poursuit son cours à travers les spectaculaires Huka Falls, d’abord vers le nord, puis vers l’ouest pour se jeter dans la mer de Tasman quelque 425km plus loin, au sud d’Auckland. Dès la seconde moitié du 19e siècle, les grandes plaines fertiles qu’elle traverse attisent l’intérêt des colons anglais qui viennent en masse tenter une nouvelle vie dans ce nouveau monde prometteur. Mais leur arrivée en grand nombre, la forte demande de terres qui l’accompagne ainsi que la perte de contrôle de ces terres par les tribus maories locales, provoquent des tensions grandissantes qui aboutissent à la guerre la plus sanglante que connaîtra le pays, opposant Maoris et troupes britanniques envoyées en renfort.

La région de Waikato devient un bastion de résistance, avec en 1858, le ralliement de nombreuses tribus au King Movement (voir plus loin) : un souverain maori est choisi par un grand nombre de tribus afin de s’opposer à l’autorité de la Couronne britannique et d'enrayer l'appropriation des terres par les Pakehas. Le manque de voies de circulation et de places fortes rend la région difficilement pénétrable pour les soldats anglais, alors que les rebelles maoris y circulent plus facilement grâce à leur parfaite connaissance du terrain et le soutien de nombreuses tribus. Après les premières escarmouches à Taranaki, le gouverneur Grey décide en 1863 de mettre un terme à la rébellion. Ainsi débutent les Waikato Wars au cours desquelles les troupes britanniques, bien que supérieures en nombre et en armement, essuient d’abord de surprenants et sanglants revers, pour finalement s’imposer en 1864. A ce moment-là commencent l’expropriation de nombreuses tribus et leur exil dans les territoires plus au sud d’où elles continuent pendant encore une quinzaine d’années une guérilla qui déborde sur les régions avoisinantes. Les noms des rues, les mémoriaux, les musées régionaux, et le nombre de demandes de compensation et indemnisation déposées au Tribunal de Waitangi, sont autant de témoignages de cette période troublée.

Le 20e siècle voit le lancement de grands travaux, dont la construction de barrages hydroélectriques. Avec eux, la ville d'Hamilton, déjà pôle de services important d'une communauté agricole florissante, continue de se développer jusqu’à devenir un grand centre commercial et administratif régional. Elle est aussi rendue célèbre pour ses magnifiques jardins qui connaissent une renommée mondiale. D'ailleurs, la ville d'Hamilton vient d'être récompensée lors du 2014 Garden Tourism Awards en octobre dernier à Metz.
Cambridge, la ville voisine offre un tout autre visage, beaucoup plus bucolique. Son raffinement et son élégance victorienne n’ont d’égaux que la beauté presque trop ordonnée de sa campagne, où sont élevés dans de riches haras des chevaux de réputation internationale.

L'agriculture, que les colons britanniques enseignent aux Maoris, devient vite l’activité dominante de la région et transforme le paysage de façon significative. Mais la région recèle encore de nombreux trésors naturels, des rivières, des chutes d’eau, des hauteurs restées sauvages, des poches de forêt indigène dense et des réserves ornithologiques de premier plan.

Située entre Auckland et Taupo, Waikato, lieu de passage obligé pour les voyageurs qui font cap au sud, offre une multitude d’activités qui méritent qu’on s’y arrête. Les surfeurs iront à Raglan, les vététistes à Te Aroha, les cavaliers à Cambridge et tous se retrouveront à Waitomo pour explorer le fascinant réseau souterrain avec ses ''vers luisants'' ! Les amateurs d’art et d’histoire ne seront pas en reste avec de multiples musées, galeries et curiosités.

Téléchargez votre guide!

Favoris

  • Afficher tous les favoris
  • Vous n'avez aucun favori. Cliquez sur [[[FAVORITES SYMBOL]]] pour commencer à planifier votre voyage.

Hotels search