Guide Auckland

Souvent considérée comme la porte d’entrée de la Nouvelle-Zélande, Auckland, la plus grande ville du pays, est une séductrice aux charmes innombrables. Elle jouit d’une situation géographique exceptionnelle, sur un isthme entre la mer de Tasman et l’océan Pacifique, et d’un climat tempéré. Des baies abritées aux eaux scintillantes, des îles sauvages et pittoresques, de grandes plages désertes de sable noir, des forêts luxuriantes, de nombreux dômes volcaniques et d'immenses parcs régionaux en font un pur concentré de Nouvelle-Zélande et une véritable mine d’or pour les amoureux de la nature. Pour prendre la mesure de leurs charmes, ville et région méritent assurément qu’on y consacre quelques jours.

Celle que l’on surnomme the City of Sails, la Cité des voiles, pour son dynamisme et l’engouement de ses habitants pour cette activité, s’étend sur une énorme surface : 1 000km². Elle offre de nombreuses activités de plein air, randonnée, voile, vélo, baignade, kayak, planche à voile, surf, canyoning, parapente, etc, ainsi qu'un large choix de loisirs culturels et sociaux, musées, galeries, festivals, concerts, shopping, restaurants, cafés, bars, boîtes de nuit… Autant d'atouts qui la rendent unique : on peut être un instant au cœur du bush ou sur l’océan, et quelques heures plus tard assister à un concert ou savourer un plat exotique au cœur d’un quartier animé. Mais Auckland ne fait pourtant pas l'unanimité, et les habitants de Wellington ou de Christchurch lui reprochent justement son étendue et son manque de ''cœur'', un centre où seraient regroupés animation culturelle, bars et restaurants. C’est en effet un des points faibles de la ville, divisée en une multitude de quartiers ou villages éloignés les uns des autres, et dont la popularité fluctue au fil du temps et des modes.

Hormis cette faiblesse, Auckland a tout d’une grande. Capitale économique du pays et porte du tourisme, entre mer et campagne, elle est dotée d’un centre-ville dynamique. Sa population, un tiers de la population nationale, et la plus importante communauté polynésienne du monde, est un brassage cosmopolite hors du commun, apportant une extraordinaire diversité culturelle, une touche de tous les continents.

Selon une légende maorie, les Turehus, créatures magiques à la peau et aux cheveux clairs, sont les premiers habitants du site d’Auckland. On les voit rarement mais on peut les entendre parler, chanter et jouer de la flûte, par temps gris et pluvieux. On dit que si en creusant pour déterrer les rhizomes de bracken fern, une fougère locale dont les Maoris faisaient une grande consommation, on entend comme une voix dans la bruine, il faut alors offrir les trois premiers rhizomes aux Turehus et ne pas travailler à cette activité le lendemain. Si toutes les tribus d’Auckland affirment descendre des Turehus, leur généalogie remonte aussi généralement aux explorateurs qui seraient arrivés de Hawaiki il y a environ 800 ans. Ils auraient rapidement choisi de coloniser cette région aux riches ressources : les forêts épaisses abritent une quantité incroyable d’oiseaux dont le moa géant, fournissent bois, fruits et plantes ; les terres fertiles des pentes de volcans permettent de cultiver kumaras et gourdes ; les ports naturels offrent poissons et fruits de mer et donnent accès à d’autres ressources (obsidienne de Mayor Island, colonies d’otaries, à l’époque sur toutes les côtes de l’île du Nord). Dès le 14e siècle, les cônes volcaniques se couvrent de kaingas (villages), progressivement transformés à partir du 17e siècle en pas (forteresses), qu’on devine encore aujourd’hui sur Maungakiekie (One Tree Hill) ou Maungawhau (Mt Eden). En effet, la région, ''désirée par tous et conquise par de nombreux prétendants'' est d’ailleurs appelée Tamaki-makau-rau, littéralement ''Tamaki aux 100 amants''. Ngati Whatua et Tainui sont les deux principales tribus qui s'affrontent pour la conquérir, et finalement, avec l’aide des Européens fraîchement débarqués et surtout de leurs armes à feu, Te Kawau, chef des Ngati Whatua défait la tribu Tainui. Mais conflits et épidémies dépeuplent la région et quand Te Kawau, en 1840, se rend à Waitangi pour signer le traité du même nom, le territoire qu’il offre au gouverneur William Hobson pour fonder la nouvelle capitale, Auckland, est pratiquement inhabité.

Samuel Mardsen est le premier missionnaire anglais et le premier Européen à sillonner Hauraki Gulf dès 1820 et à découvrir la région et ses ports naturels, Waitemata Harbour, ''les eaux qui scintillent'', Manukau Harbour et Kaipara Harbour au large desquels, 50 ans auparavant, Cook est passé sans les remarquer. En 1827, le Français Dumont d'Urville, ancré près de North Head (aujourd’hui Devonport), cartographie la région et note dans son journal de bord qu’entre les deux ports naturels de Manukau et Waitemata, le pays ne mesure que deux miles de large (3 218m) ! Les Ngati Whatua auraient pu lui montrer l’endroit où ils faisaient passer leurs wakas d’un port à l’autre, de Mangere Inlet à Otahuhu Creek, un passage d’à peu près 1km, aujourd’hui Portage Rd !

La capitale, officiellement créée le 18 septembre 1840, prend le nom de Lord Auckland. Avec l’aide considérable et largement rémunérée des Ngati Whatua, défrichement et construction commencent aussitôt. Une régate est organisée pour célébrer la date historique où le drapeau britannique est hissé pour la première fois. La tradition se perpétue chaque année en janvier, avec Auckland Anniversary Regatta. La communauté pakeha commence à s’agrandir.

D’où vient le nom d’Auckland ?

Avant de devenir gouverneur général des Indes, George Eden, baron Auckland, membre de la chambre des Lords et Premier lord de l’Amirauté, s’était intéressé à la carrière navale du jeune William Hobson en 1835. Ce dernier lui rend hommage en donnant son nom à la nouvelle capitale. Un quartier de la ville, Mt Eden, porte aussi son nom.

Les guerres qui opposent Pakehas et Maoris à partir de 1860 dans l’ensemble du pays pour la question des terres épargnent presque complètement la capitale qui fortifie quand même nombre de ses avant-postes. Les rares accrochages ne dépassent pas les villages de Pukekohe et Clevedon, à une quarantaine de km au sud d’Auckland.

Le père d'Auckland, John Logan Campbell

John Logan Campbell (1817–1912), décrit par ses contemporains comme le "père d'Auckland", joue un rôle important dans le développement initial de la ville. Cet immigrant écossais, à l’origine du premier magasin d’Auckland, dans Shortland Street, investit dans de nombreux domaines tels que la banque, la presse, le commerce maritime, la brasserie, l’élevage et l’exploitation forestière. Il fait fortune, devient l’homme d’affaires le plus célèbre de la ville et membre du Parlement. Il meurt à 95 ans et est enterré selon sa volonté au sommet de One Tree Hill. Ce grand admirateur du peuple maori reste célèbre pour le don de Cornwall Park à la ville lors de la visite du duc de Cornwall (le futur George V) en 1901, et pour les nombreux services rendus à la communauté. L’obélisque de 33m au sommet de One Tree Hill lui rend hommage.


En 1865, Auckland perd son statut de capitale au profit de Wellington, plus centrale et plus proche de l’île du Sud, alors proportionnellement très peuplée. Pourtant Auckland attire toujours plus d’émigrants, poursuit son développement et bénéficie de sa proximité avec Coromandel Peninsula, lorsqu’on y découvre de l’or en 1867. Mais c’est avant tout l’exploitation forestière et de la résine de kauri qui alimente le dynamisme économique et l’essor de la région. Et à l’aube du 20e siècle, l’invention de la réfrigération marque le début d’une nouvelle ère pour l’économie d’Auckland et plus généralement du pays puisque la viande de mouton et le beurre deviennent exportables. La région se convertit alors progressivement dans l’élevage bovin et ovin et peut enfin vraiment mettre à profit la richesse de son sol. Quand éclate la Première Guerre mondiale, Auckland est une ville confortable et prospère, et s’est déjà largement imposée comme la capitale économique du pays.

Au niveau géologique, la région se démarque par son volcanisme spécifique. Ses 48 volcans forment un champ volcanique' d’origine relativement récente, entre 150 000 et 50 000 ans. On pense aujourd’hui que le plus ancien volcan est celui d’Albert Park, alors que Rangitoto, résultat de l’éruption de loin la plus importante, n'a que 600 ans. Chaque éruption est monogénétique, c'est-à-dire que chacune se produit à un endroit différent de la précédente, et dans le cas d’Auckland, leur localisation est imprévisible.

Auckland, capitale polynésienne… aux couleurs de l'Asie !

Auckland attire des immigrants du monde entier qui contribuent à son enrichissement et à sa variété tant sur les plans artisanal, musical, culinaire que religieux. Au cours des 40 dernières années, de nombreux Polynésiens de Fidji, Samoa, Tonga et des îles Cook ont choisi Auckland pour terre d’accueil et forment aujourd’hui la plus grande communauté polynésienne du monde et 14% de la population régionale (source Recensement 2006). Bien différente et encore plus importante est la communauté asiatique (18,5%), principalement d'origine chinoise, coréenne, japonaise et indienne. S'y ajoutent de jeunes Asiatiques étudiant à l’université d’Auckland ou dans l’une des nombreuses écoles d'anglais.

Ces dix dernières années ont vu se développer de nouvelles communautés dans la métropole, originaires d’Afrique, d’Amérique du Sud, du Moyen-Orient et d’Europe de l’Est. Mais les Pakehas - terme maori, qui apparaît vers 1815 pour désigner les étrangers, à l’époque blancs, d’origine européenne - sont toujours majoritaires (55,2%). Les Maoris représentent quant à eux 10% de la population régionale.

En 2010, le rassemblement de 12 agglomérations du grand Auckland, auparavant indépendantes, sous l’appellation de "Super City" marque un changement majeur dans la structure et la gestion de la ville, comparable au concept français de communauté de communes. La nouvelle entité comprend le centre d’Auckland ou CBD (Central Business District), les quartiers limitrophes de New Lynn-Avondale, Mt Albert-Mt Roskill, Orakei-Maungakiekie, et les agglomérations d’Howick-Pakuranga-Botany, Franklin, Papakura-Manurewa, Manukau au sud, Waitakere à l’ouest, et enfin celles de North Shore City, Rodney, Albany-Hibiscus Coast au nord. Le précédent gouvernement concevait la Super City comme un moteur pour l’amélioration de la vie urbaine et des services, mais les remous économiques de 2009 et le changement de gouvernement ont quelque peu bouleversé la forme du projet. Les Aucklanders craignent aujourd'hui que la centralisation nuise à la qualité du service public.

Les 15 dernières années ont vu The City of Sails se développer considérablement et
la ville en plein essor a aujourd’hui des allures de grande cité cosmopolite. En 2000 et 2003, elle a accueilli la prestigieuse America’s Cup, un événement mondial. Conséquence directe, The Viaduct Basin, auparavant zone portuaire et industrielle, a fait peau neuve pour devenir un véritable espace gastronomique et festif au bord de l’eau. Dans le centre-ville, immeubles modernes, bureaux, résidences, salles de spectacle, supermarchés, magasins, cafés et restaurants ont poussé comme des champignons. Avec la Coupe du monde de rugby 2011, cet élan se poursuit. Auckland investit dans les transports et l’urbanisme, rénove, grandit, et évolue progressivement d’un espace professionnel en un espace de vie, tout en veillant à préserver l’équilibre entre urbanisme et nature.

L’architecture moderne contraste subtilement avec les nombreux vestiges de l’époque coloniale, les grands espaces verts et le front de mer. Tout autour du centre-ville, l’agglomération est très étendue et vallonnée, parsemée de nombreuses villas victoriennes, dont les jolis jardins fleuris servent d’écrin au barbecue sacré !

Ses mille facettes attirent de plus en plus de visiteurs, des quatre coins du globe, de familles, séduites par la qualité de vie, de jeunes diplômés pour y tenter leur première expérience professionnelle, et d'hommes d’affaires de passage. Vous aussi, prenez le temps de la découvrir… à votre façon !

La communauté francophone

Environ 3 500 Français sont enregistrés auprès de l'Ambassade de France à Wellington, mais beaucoup plus vivent en Nouvelle-Zélande, qui ont choisi de ne pas se faire connaître de l’Ambassade ou ignorent cette démarche. Il est encore plus difficile d’estimer le nombre de francophones, mais c'est à Auckland que les Français sont en force ! La proximité de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française participe également à l’afflux de Français.

Les habitants d’Auckland sont plutôt francophiles, ils se délectent de notre accent et s’amusent à balbutier des bribes de français qui rejaillissent de souvenirs d’école. La plupart ont entendu parler du beaujolais nouveau, d'Amélie Poulain, de la Marseillaise, du XV de France ou malheureusement, du Rainbow Warrior... L’attirance pour un mode de vie ''à la française'' s'affiche dans de nombreux magasins, restaurants et boulangeries. Vous trouverez donc à Auckland de quoi soigner votre éventuelle nostalgie.

 

Téléchargez votre guide!

Favoris

  • Afficher tous les favoris
  • Vous n'avez aucun favori. Cliquez sur [[[FAVORITES SYMBOL]]] pour commencer à planifier votre voyage.

Derniers commentaires

Te Waihou Walkway

Te Waihou Walkway

Activités & attractions

Endroit magnifique, randonnée paisible merci les Frogs pour cette belle découverte !

Mehdi Henka
Kaikoura Seafood BBQ

Kaikoura Seafood BBQ

Restaurants & cafés

53$ le plateau de fruit de mer pour 2 avec riz salade et pain!!! Excellent!!!

Antoine C
DP One

DP One

Restaurants & cafés

Charmant resto à la déco atypique. Bonne cuisine à des prix très intéressants

Aldo
Whale Watch Kaikoura

Whale Watch Kaikoura

Activités & attractions

Attention à bien réserver à l'avance (même en début octobre tous les bateaux étaient complets). Possibilité...

Antoine C
Hotel d'Urville

Hotel d'Urville

Hébergement

Assez décevant. Petit déjeuner peu généreux, chambre confortable mais mini salle de bain et assez bruyant. ...

fbienaime
Raupo Café

Raupo Café

Restaurants & cafés

Très bon restaurant pour un prix raisonnable. Accueil chaleureux, comme écrit sur l'un des murs, est la moi...

fbienaime
Waldorf Stadium Apartments Hotel Britomart

Waldorf Stadium Apartments Hotel Britomart

Hébergement

Notre première nuit en NZ après un long voyage. Appartement spacieux et calme nous avons beaucoup apprécié

fbienaime
Polynesian Spa

Polynesian Spa

Activités & attractions

Génial. Nous avions un pack comprenant l'accès à l'adult pools et les lake pools. Nous avons passé 4 h de d...

fbienaime
Tamaki Maori Village

Tamaki Maori Village

Activités & attractions

Dîner spectacle à faire. On passe un bon moment notamment avec le chauffeur du bus qui nous emmène jusqu'au...

fbienaime
River Rats Raft & Kayak

River Rats Raft & Kayak

Activités & attractions

Excellent, personnel, matériel et surtout sensation.

fbienaime

Hotels search